5
(1)

Mis à jour le 23 juillet 2020

Pour mener une enquête en ligne, il faut avoir des répondants. Et bien sûr, il est toujours plus facile d’avoir une liste bien définie de personnes à contacter, avec leur adresse e-mail (ce que j’appelle un « accès direct » aux répondants). Mais dans le cas contraire, où trouver vos répondants ?

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Première étape : sachez qui interroger

Difficile d’obtenir des répondants pertinents si vous ne savez pas en premier lieu ce qu’est un répondant pertinent ! Vous saurez tout sur les bonnes pratiques pour définir votre cible ici.

Rappelez-vous : votre but est d’obtenir un maximum de réponses de votre cible (et uniquement de votre cible), pas d’obtenir un maximum de réponses tout court.

Deuxième étape : touchez les participants là où ils sont

Ça y est, vous savez qui vous voulez toucher ! Maintenant, il s’agit d’aller trouver ces participants là où ils sont. De nombreux moyens d’accès indirects sont possibles, et seront plus ou moins pertinents en fonction de la nature de votre cible et des moyens à votre disposition. Voici certaines des pistes les plus utilisées (la liste n’est bien sûr pas exhaustive : les moyens de contacter des participants ne sont limités que par votre imagination !).

Soyez par ailleurs bien conscient que les modes de contact indirects ont souvent de faibles taux de réponses (parfois en-dessous de 1% !) : visez de préférence une large population pour avoir suffisamment de répondants in fine !

Votre réseau

Bien sûr la première possibilité à explorer est votre réseau personnel et professionnel. Le but n’est pas que votre réseau réponde à l’enquête, mais de chercher dans votre réseau les personnes clés qui pourraient vous aider à diffuser votre enquête. Peut-être connaissez-vous quelqu’un qui a un accès direct à votre cible ? Ou quelqu’un qui connaît quelqu’un ? Peut-être pouvez-vous lancer un appel à votre réseau ? Ou peut-être un membre de votre réseau peut-il vous aider dans l’un des moyens ci-dessous ?

Les réseaux sociaux

Ce n’est pas forcément ce auquel on pense en premier, mais en termes de réseaux sociaux, le premier endroit à creuser, ce sont les groupes Facebook ou LinkedIn susceptibles de rassembler des membres de votre cible. En trouvant le bon groupe, lié au bon centre d’intérêt, vous pouvez accéder à des populations assez qualifiées de quelques centaines voire quelques milliers de personnes !

Vous pouvez également bien sûr vous adresser aux followers/abonnés de vos comptes (Facebook, Twitter, Instagram…), via un post ou une story. Pensez cependant que vos abonnés sont loin d’être aussi homogènes que vous l’imaginez, que tous ne seront pas dans votre cible (cf. la « troisième étape » ci-dessous), et que le taux de réponse sera très faible. Il faudra généralement avoir au moins 10 000 abonnés pour obtenir une masse critique de répondants !

Une mailing list/newsletter

Il est possible de toucher un nombre significatif de personnes à travers une mailing list : soit en envoyant directement l’invitation aux abonnés (si c’est votre liste, par exemple), soit en incluant l’invitation dans une newsletter (s’il s’agit plutôt de la liste d’un partenaire). Attention cependant : le taux de réponse sera nettement plus faible si vous « noyez » l’invitation à l’enquête au milieu d’autres informations… Envoyez si possible un e-mail uniquement dédié à l’enquête !

La publicité ciblée

Si vous avez en tête un profil particulier pour vos répondants (âge, sexe, activité, centres d’intérêt…), des publicités en ligne peuvent vous permettre d’aller toucher ces personnes où qu’elles soient ! Facebook et LinkedIn permettent par exemple de toucher leurs membres, et Google de cibler les personnes sur une requête particulière.

Si elle n’est pas gratuite, cette méthode a l’avantage de vous permettre d’atteindre des personnes avec qui vous n’avez aucun lien, de manière ciblée. Si vous incluez une incitation à répondre (cadeau, réduction, participation à un tirage au sort…), attention à bien vérifier que :

  1. Cette incitation n’est pas de nature à leur faire changer leurs réponses pour se faire bien voir
  2. Vous limitez les risques de voir des participants remplir n’importe quoi juste pour obtenir la récompense (en gardant l’enquête courte et pertinente, en laissant toutes les questions optionnelles…)

L’achat de répondants via un outil

Certains outils proposent également des services d’achat de répondants ciblés. C’est par exemple le cas de Surveymonkey. N’ayant pas testé ces services, je ne peux que vous dire que sur le papier, cela me semble être simple et répondre au besoin.

L’affichage

Le placement d’affiches à des points stratégiques fréquentés par votre cible ne sera utile que si votre cible est bien définie et vous connaît. Il pourra par exemple s’agir de mettre une affiche dans la salle de pause des employés (bien pratique quand ils n’ont pas d’adresse e-mail). J’utilise cependant toujours l’affichage en complément d’autres moyens (une communication du manager, par exemple).

L’affichage dans la rue pour toucher les passants est quant à lui plutôt à proscrire, puisqu’il ne donnera a priori qu’un taux de réponse infinitésimal.

Le démarchage

Plus efficace que l’affichage pour toucher une cible que vous ne connaissez pas, vous pouvez démarcher directement les membres de votre cible dans les lieux où vous serez susceptibles de les croiser : dans la rue, dans un magasin, à un événement…

Dans tous les cas, faites remplir en direct l’enquête (sur une tablette, un PC, une feuille de papier…) plutôt que de donner des flyers : vous aurez un taux de transformation bien supérieur, et vous n’aurez pas besoin de gâcher autant de papier (pensons à la planète).

Les relais

Il est aussi possible de passer par des relais : des personnes ou organisations qui feront passer le mot d’une manière ou d’une autre, des intermédiaire qui parleront de l’enquête en votre nom… ou mieux : en leur nom. Il peut par exemple s’agir d’une association qui vous inclut dans sa newsletter. Ou, dans le cas évoqué précédemment (des collaborateurs n’ayant ni adresse e-mail professionnelle ni poste de travail), d’un manager parlant de l’enquête à ses équipes, en complément des affiches placardées dans les bureaux.

Les moyens à éviter

Vos proches

On l’a vu plus haut, votre réseau peut vous aider à diffuser votre enquête. Mieux vaut en revanche éviter de trop les solliciter directement ! En effet :

  • Ils ne sont probablement pas tous dans votre cible
  • Même ceux qui sont dans la cible n’ont aucune raison d’être représentatifs de cette cible
  • Ils pourront avoir un biais de réponse dû au fait qu’ils vous connaissent

En particulier, interroger vos proches est à proscrire absolument pour une étude de marché !

Les groupes d’entraide sur les enquêtes

Il existe des groupes Facebook d’entraide pour obtenir des répondants à une enquête. Le principe est simple : “tu réponds à mon enquête, je réponds à la tienne”. Sauf que ce moyen amène d’énormes biais, tant dans la représentativité de la cible que dans l’intérêt réel du répondant à répondre sérieusement. En pratique, les réponses obtenues par ce genre de groupes n’ont qu’une valeur très relative.

Ce genre de groupe est donc à réserver à un seul cas : les projets scolaires. Il n’y a pas de souci si un étudiant veut utiliser ce moyen pour obtenir les quelques dizaines de réponses dont il a besoin pour sont projet, parce que les résultats ne seront jamais utilisés “dans la vraie vie”. Je plains en revanche les personnes qui réalisent des études de marché sur ce genre de groupes pour leur création d’entreprise, car ils s’appuieront sur des résultats qui ne veulent rien dire…

Troisième étape : vérifiez que les répondants sont bien dans votre cible

Félicitations, vous avez maintenant tous les éléments pour consulter votre public ! Attention cependant : dans de nombreux cas, les personnes que vous toucherez par ces moyens indirects ne seront pas toutes dans votre cible. Il vous faudra donc, au début du questionnaire, poser une ou plusieurs questions filtre pour vous assurer que les répondants appartiennent bien à votre cible !

Quatrième étape : replacez les résultats dans leur contexte

Gardez enfin à l’esprit que, dans le cadre d’une sollicitation indirecte, vos répondants ne seront pas forcément représentatifs de la population totale : le simple fait qu’il répondent illustre en effet une disposition, un état d’esprit particulier vis-à-vis de votre sujet. N’allez donc pas déduire que 55% de la population va acheter votre produit parce que 55% des répondants se déclarent intéressés ! Il y a en effet de grandes chances que les personnes n’étant absolument pas intéressées par votre produit… n’aient pas non plus été intéressées par votre enquête.

En bref : sachez ratisser large et diversifier vos sources de répondants, mais également prendre du recul vis-à-vis de la population ainsi constituée et de ses réponses !

Et, si vous en avez la possibilité, favorisez toujours la sollicitation directe !

Besoin d’aide pour formuler vos questions, obtenir des réponses ou analyser les résultats ? Découvrez mon offre d’accompagnement !

B0075

Besoin d’aide pour votre enquête ?

Un accompagnement d’expert pour concevoir, gérer ou analyser votre enquête !

Envie de recevoir des conseils réguliers ?

Abonnez-vous pour ne rien manquer !

Ils m’ont fait confiance !

Pierre nous a apporté toute son expérience du questionnaire en ligne, et nous a permis de gagner beaucoup de temps dans le cadre d’un planning serré. Nous avons particulièrement apprécié sa sensibilité sur l’expérience utilisateur !

Vincent Pilloy
Fondateur et CEO chez INOV360

Voir tous les témoignages

Cet article était-il intéressant ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Pas encore de vote... Soyez le premier à noter cet article !

Vous avez trouvé cet article intéressant, merci !

N'hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux pour voir mes prochains articles 🙂

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas beaucoup intéressé...

Aidez-moi à l'améliorer !

Que pourrais-je améliorer dans l'article ?


Pierre Simonnin

J'ai conçu et posé une bonne dizaine de milliers de questions depuis 2010. A travers ce site, je veux partager mon expertise pour vous aider à réussir vos projets :)

0 commentaire

Laisser un commentaire