Les options d’une question, ce sont les choix que vous proposez aux participants de votre enquête. Elles peuvent prendre de nombreuses formes :

  • Une note de 0 à 10
  • Une échelle de “Pas du tout satisfait” à “Totalement satisfait”
  • Une liste de lieux
  • Une liste d’actions possibles
  • etc.

Passons en revue les bonnes pratiques et pièges dans la formulation (ou rédaction, ou “wording”) de ces options.

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Principalement, vos options doivent être :

  • Formulées : si je vous parle de formulation pour les options, c’est parce qu’il vaut mieux préférer les mots aux chiffres dans vos options. La principale exception est l’utilisation de la note de 0 à 10, pour laquelle il faut simplement préciser ce que signifient le 0 et le 10.
  • Simples : il ne doit pas y avoir besoin de réflexion ou d’interprétation pour savoir ce que l’option veut dire.
  • Courtes : un à trois mots suffisent amplement dans la grande majorité des cas.
  • Claires : il n’y a pas de confusion ou de mauvaise interprétation possible. Interrogez-vous sur les doubles sens et imprécisions des mots utilisés !
  • Générales : n’essayez pas de trop spécifier ou interpréter, vous risquez de perdre du monde en route. On rencontre en effet parfois des options du type “oui, je n’ai pas eu de problème”/“non, car je ne me sentais pas à l’aise”. En voulant aller trop loin, et mélanger trop de choses à la fois, on exclut complètement les personnes qui aimeraient dire “oui” mais ont quand même rencontré quelques problèmes, ou ceux qui souhaiteraient dire “non” mais qui se sentaient à l’aise pour autant.
  • Différentiables : il doit être immédiat de faire la différence entre une option et une autre. Il n’y a par exemple pas de hiérarchie claire entre “plutôt satisfait” et “moyennement satisfait”, donc ces réponses ne doivent pas être placées dans la même échelle. De la même manière, ne demandez pas aux gens s’ils préfèrent être contactés par e-mail ou newsletter : s’il existe une différence technique de votre côté, cela revient au même pour eux.
  • Barbantes : OK, je cherche un peu à être provocateur ici… mais pas uniquement ! J’ai remarqué que beaucoup d’incompréhension dans les questionnaires ou la communication faite autour d’eux apparaissait lorsque l’on cherchait à être trop original ou poétique, ou même lorsque l’on essayait d’introduire un peu de sarcasme. Mieux vaut donc rester sobre et efficace !

Exemple

Dans un questionnaire du Centre du Burnout, on trouve par exemple la question et les options suivantes :

Je ne sais pas vous, mais moi je ne suis pas trop sûr de savoir ce que cela veut dire. Alors comment suis-je censé y répondre ?

(il s’agit juste d’un exemple sur une question en particulier, qui ne remet évidemment pas en question le travail de l’organisation dans sa globalité)

Envie d’aller plus loin ? Retrouvez toutes mes bonnes pratiques pour réussir vos questions fermées, vos questions échelles et vos échelles de notation !

A0088

Envie de recevoir des conseils réguliers ?

Abonnez-vous à la newsletter !

Besoin d’aide pour mener votre enquête ?

Découvrez mes offres pour vous accompagner dans votre projet !


Pierre Simonnin

J'ai conçu et posé une bonne dizaine de milliers de questions depuis 2010. A travers ce site, je veux partager mon expertise pour vous aider à réussir vos projets :)