5
(1)

Mis à jour le 29 septembre 2020

A force de concevoir des enquêtes, il y a forcément un moment où l’on repère des motifs, des questions ou ensembles de questions que l’on utilisera quasi systématiquement dans certaines situations, pour une simple raison : ils marchent. Je vous présente ma structure préférée, utilisable dans toutes les enquêtes de satisfaction (satisfaction client, satisfaction de service interne, satisfaction employé, évaluation de formation…), d’évaluation, et toute enquête nécessitant un état des lieux (c’est-à-dire un bon nombre !).

Temps de lecture estimé : 5 minutes

La structure

Elles se compose de trois parties, les parties 2 et 3 étant optionnelles ou ajustables.

Partie 1 : le noyau

Le noyau est véritablement le cœur de ce questionnaire, ce qui fait sa spécificité et son efficacité. Il se compose d’une note et de deux questions ouvertes, qui doivent bien sûr se rapporter au sujet que vous traitez (un produit, un service, une situation…) :

  • Une note générale de satisfaction ou de performance, sur une échelle du type “Pas du tout satisfait, Plutôt pas satisfait, Neutre, Plutôt satisfait, Totalement satisfait”
  • Une question ouverte sur les points forts qui expliquent cette satisfaction
  • Une question ouverte sur les propositions d’amélioration pour augmenter cette satisfaction

Partie 2 : indicateurs complémentaires

Listez ensuite 10 à 20 indicateurs que vous souhaitez évaluer, sur la même échelle -2/+2 (de “Pas du tout” à “Totalement”, en ajoutant un “Non concerné”, puisqu’il est très probable qu’un certain nombre de ces indicateurs ne concernera pas tout le monde). Vous répartirez ensuite les indicateurs par blocs cohérents de 4 à 5 indicateurs, sous forme de question matrice. Vous pouvez ainsi évaluer des points plus spécifiques, et étudier leur impact sur la satisfaction/la performance.

Partie 3 : commentaires

Terminez enfin le questionnaire en demandant aux participants s’ils ont des commentaires complémentaires, afin de s’assurer que vous avez balayé tous les sujets, et qu’ils ne se sentiront pas frustrés de ne pas avoir pu faire remonter un point en particulier.

Les avantages de cette structure

Chaque partie a son rôle à jouer :

  • La première partie donne une vue d’ensemble, et balaie tous les sujets spontanément importants pour les participants grâce aux questions ouvertes. Celles-ci permettent d’identifier des points que l’on n’aurait pas anticipés, et d’obtenir des nuances et détails inaccessibles aux questions fermées.
  • La deuxième partie permet de zoomer sur les points que vous souhaitez étudier plus en détail, et de les comparer à la satisfaction générale.
  • La troisième partie joue le rôle de voiture balai pour capter tous les retours qui n’auraient pas encore été identifiés. C’est également une « soupape » qui laisse les participants évacuer les sujets qu’ils tiennent à aborder.

In fine, cette structure d’enquête est :

  • Simple et flexible : il donne une structure simple à adapter à tous les sujets, aux différentes contraintes, ou à insérer dans un questionnaire plus large.
  • Exhaustive : les questions ouvertes permettent de balayer tous les sujets importants, même ceux que vous n’aviez pas anticipés.
  • Riche : ici aussi, les questions ouvertes permettent de gagner en nuance, en détail et en pistes d’action concrètes.

Et pour les répondants, il est :

  • Simple : la structure est logique et facilement compréhensible, et l’échelle unique facilite la réponse. Je précise que, malgré ce que vous avez pu entendre, les questions ouvertes ne sont pas particulièrement compliquées pour les participants, à partir du moment où elles sont utilisées avec parcimonie et bien délimitées, ce qui est ici le cas (retrouvez ici tous mes conseils pour poser de bonnes questions ouvertes).
  • Rapide : un répondant mettra de 3 à 10 minutes pour y répondre, selon le temps qu’il consacrera aux questions ouvertes.

Les contraintes de cette structure

Il y a principalement une contrainte à cette structure, qui vient de sa plus grande force : les questions ouvertes. Plus particulièrement, c’est le traitement de leurs réponses (les « verbatim ») qui posera question. Si cela n’est pas un problème pour de petites populations, ça se complique lorsque l’on dépasse les 40 répondants. Je reviendrai dans un autre article sur les solutions pour cela.

Pour aller plus loin

Bien sûr, cette structure ne constitue pas en soi un modèle complet, puisqu’elle ne répond probablement qu’à une partie seulement des objectifs que l’on peut poursuivre à travers cette enquête. Il faut donc idéalement la compléter d’autres questions et parties, à insérer là où elles seront les plus pertinentes ! Vous pouvez retrouver pour cela mes modèles d’enquêtes de satisfaction, chacun conçu pour un usage bien spécifique !

La structure en pratique

A0086

Besoin d’aide pour votre enquête ?

Un accompagnement d’expert pour concevoir, gérer ou analyser votre enquête !

Envie de recevoir des conseils réguliers ?

Abonnez-vous pour ne rien manquer !

Ils m’ont fait confiance !

Pierre nous a apporté toute son expérience du questionnaire en ligne, et nous a permis de gagner beaucoup de temps dans le cadre d’un planning serré. Nous avons particulièrement apprécié sa sensibilité sur l’expérience utilisateur !

Vincent Pilloy
Fondateur et CEO chez INOV360

Voir tous les témoignages

Cet article était-il intéressant ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 1

Pas encore de vote... Soyez le premier à noter cet article !

Vous avez trouvé cet article intéressant, merci !

N'hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux pour voir mes prochains articles 🙂

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas beaucoup intéressé...

Aidez-moi à l'améliorer !

Que pourrais-je améliorer dans l'article ?


Pierre

J'ai conçu et posé une bonne dizaine de milliers de questions depuis 2010. A travers ce site, je veux partager mon expertise pour vous aider à réussir vos projets :)

0 commentaire

Laisser un commentaire